Qui vous connait le mieux ?

Il est clair que votre réponse différera de la mienne, entre un parent ou un conjoint, un frère ou une sœur, voir même un(e) ami(e) proche.

Cependant, c’est une bonne chose dans notre existence que d’avoir une personne qui nous connaît bien. C’est une meilleure chose encore, si cette personne est particulièrement sage et avisée. Et d’autant plus, si vous savez qu’elle vous aime, qu’elle vous respecte et qu’elle pourra toujours vous dire la vérité que vous avez besoin d’entendre ; dans le souci de votre bien. Un(e) tel(le) vrai(e) ami(e) est très rare, si vous en avez un(e), vous faîtes bien d’être à son écoute et de recevoir ses conseils pour votre vie.

Ceci dit, personne ne vous connaît mieux que Dieu lui-même. L’auteur du Psaume 139 le reconnaît bien et cela a radicalement changé son regard sur sa propre existence. Il suffit de lire ce psaume en son entier pour s’en convaincre. Dieu est sage et à la différence des hommes, il est omniscient et omnipotent. De plus, la Parole divine est puissante et sûre, invariable dans le temps ; par opposition à la parole humaine qui par essence est faillible, se révélant bien fragile.

S’il y a quelqu’un en qui nous pouvons avoir toute confiance, c’est bien Dieu. L’ami par excellence, c’est Jésus : Dieu fait homme parmi nous. Bien que sa Parole nous dise la vérité sur nous-mêmes, Jésus dans son Amour pour nous n’est pas venu pour nous juger mais pour nous sauver (Jean 12.47). Ce serait un non sens que de ne pas vouloir prêter l’oreille à un tel ami qui nous veut du bien !

Vivez-vous en paix ? Connaissez-vous le repos intérieur dans ces temps troublés que nous vivons tous ? Soyez à l’écoute de Celui qui veut être votre meilleur ami « Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés et je vous donnerai du repos » (Matthieu 11.28)

E.H.

Éternel! tu me sondes et tu me connais,
tu sais quand je m’assieds et quand je me lève,
tu pénètres de loin ma pensée;
tu sais quand je marche et quand je me couche
et tu pénètres toutes mes voies.
Psaume 139.1-3

Dans sa main

Dieu a créé l’Univers et l’horloge qui en rythme le temps.

Il a créé toutes vies. Il est le Père de l’humanité. C’est Lui qui fait l’Histoire, qui choisit des hommes pour le servir. Même les méchants, à leurs insu, servent ses plans. Il endurcit le cœur du pharaon d’Égypte comme il élargit celui de Cyrus, roi de Babylone…

Regardez-bien : les hommes ont mené physiquement son Fils sur la croix, et pourtant c’est son plan qui s’est accompli (Jean 19.30) ! Oui, son amour de l’humanité fait qu’il conduit le monde tout en laissant les hommes conduire leur vie… Mais dans ce paradoxe, ne nous y trompons pas : Dieu intervient quand il le faut. Souvenez-vous du déluge, de Babel, de la traversée de la mer rouge, et dernièrement du retour d’Israël sur sa terre… Dans toute la Bible, dans l’histoire des hommes, c’est Dieu qui prend l’initiative ! Il maîtrise tout, de A à Z. C’est Lui qui nous a aimés le premier et c’est Lui qui nous transportera dans un lieu où l’éternité remplacera le temps. « Je reconnais que tu peux tout, et que rien ne s’oppose à tes pensées », disait Job (Job 42:2)!

Ne nous inquiétons pas au sein d’une actualité agitée : l’Histoire appartient à Dieu ! Il a toujours le dernier mot. Le présent et le futur sont dans sa main. En Jésus-Christ, nous sommes éternellement dans sa main (Jean 10.29) …

Vdt

 

« Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier,
le commencement et la fin. »

Apocalypse 22.13

Entre contentement et confinement

L’épître de Paul aux Philippiens est une démonstration de contentement dans la foi.

Pour un homme habitué autrefois à entreprendre souvent de grands voyages missionnaires, son contexte de vie désormais se réduit à une assignation à résidence à Rome (comme virtuellement une prison, étant sous bonne garde).

Isolé, Paul est comme en confinement, dirions-nous de nos jours. Cependant, loin de se plaindre, cette épître de seulement 4 chapitres respire de tout autre chose. Paul y mentionne pas moins de 38 fois la personne de Jésus-Christ, tant sa vie a été transformée par le glorieux message de l’Évangile. Pour l’apôtre : Christ est sa vie (Philippiens 1.21). Le grand but qu’il poursuit dans son existence est de regarder à l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ, son Seigneur (Philippiens 3.8). Son attente ultime dans la foi était d’être un jour avec Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur (Philippiens 1.23).

Cette épître se veut donc être un encouragement pour ses lecteurs. Le contentement est comme une perle rare et Paul en faisait la démonstration dans son confinement ; j’ai appris à être content de l’état où je me trouve (Philippiens 4.11). Il avait découvert que le véritable contentement provient de l’obéissance et de la joie à suivre la volonté de Dieu pour sa vie. A l’exemple suprême de son Sauveur et Seigneur Jésus-Christ qui accomplissant la volonté du Père céleste pour nous tous, est venu pour notre salut. Entre contentement et confinement, où vous situez-vous ?

Certes, nous ne pouvons peut-être pas nous glorifier de nos circonstances actuelles liées au confinement. Ceci dit, le chrétien à l’exemple de l’apôtre Paul, peut tirer bénéfice de ce temps en se concentrant sur l’essentiel, à savoir continuer à courir vers le but pour gagner le prix. Dieu nous appelant d’en haut à le recevoir par Jésus-Christ. (Philippiens 3.14).

EH