Qui croire ?

« Écoutons la fin du discours :
Crains Dieu et observe ses commandements.
C’est là ce que doit faire tout homme ».
Ecclésiaste 12.15

Dans ce livre de l’Ecclésiaste …

On y découvre un homme qui explore le sens de la vie. Dans sa quête de sens, l’auteur observe et sonde l’acquisition des richesses, des plaisirs, de la sagesse, de la moralité… Ces différentes pistes le conduisent vers un même constat : Tout est vanité. In fine, tout lui semble inutile puisque, dans sa perception de l’éternité, rien ne résiste au-delà de cette vie.
L’écrivain exprime une profonde insatisfaction, une douleur intellectuelle. Et si, dans ce livre, nous devions ne voir que la dévalorisation de tout ce qui se fait parmi les hommes, nous serions vite tentés d’en arrêter la lecture…

Mais l’expression répétée « sous le soleil » nous rappelle que ces raisonnements partent d’en bas, sous l’angle des hommes ! Or c’est la vision d’en-haut qui importe : souviens-
toi de ton Créateur pendant les jours de ta jeunesse, écrit l’Ecclésiaste. La pensée de l’éternité (Ecclésiaste 3.11), Dieu nous l’a donnée pour appréhender la vanité et l’absurdité d’une vie sans lui !
En toute cohérence, l’auteur conclut à la fin de son discours qu’il faut chercher Dieu, le craindre et lui obéir. Son raisonnement a la vertu de présenter celui qui transcende les limites de notre vie. Oui, laissons Dieu gouverner notre manière et notre pensée de vivre. Il veut y donner sens…

Vdt

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>