Trop d'infos tuent l'info

Il est important plus que jamais à notre époque, de filtrer l’information que nous recevons pour n’en retenir que la plus pertinente.

La parole de l’homme passe mais celle du Christ ressuscité demeure: « Je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi. » Apocalypse 3. 20.

Le Christ s’adresse par ces mots à une communauté de chrétiens en difficulté. Mais finalement, il s’adresse à nous tous. À chacun de lui répondre ! Détaillons :

Je me tiens à la porte…: Jésus vient auprès de chacun de nous pour chercher un contact direct.
…et je frappe : Comment ? Peut-être par un problème particulier, une mauvaise expérience ou quand nous nous disons  » je l’ai échappé belle ». Plus d’une personne dit alors :  » ce jour-là, il y avait un bon Dieu pour moi ».
Si quelqu’un…: Quelqu’un, n’importe qui, vous ou moi !
…entend ma voix…: Celui qui réagit, prie Dieu, devient conscient de l’existence de quelqu’un au-dessus de lui.
…et ouvre la porte…: Il commence à réfléchir, à chercher Jésus, à lui parler.
…j’entrerai chez lui : Jésus se révélera comme le vivant. Quand quelqu’un lui ouvre sa pensée, sa vie, son cœur même, alors Jésus établit une relation avec lui.
 Je souperai avec lui…: Jésus-Christ acceptera notre invitation, il deviendra notre ami.
…et lui avec moi : Merveilleux ! Il deviendra notre hôte, nous prendra en charge, nous conseillera, nous gardera d’inutiles bêtises et nous protégera. N’oubliez pas de lui ouvrir votre porte et de le laisser entrer.

Pierre Wheeler

Paroles immortelles

 » JAMAIS HOMME N’A PARLE COMME CET HOMME « 

 

Les discours politiques abondent en périodes électorales. Les publicités à la radio ou à la télévision nous inondent de paroles. Et que dire des audiences au tribunal où les avocats excellent en arguments ! Aujourd’hui, on parle même tout seul en marchant dans la rue, le téléphone portable collé à l’oreille, encore, toujours des paroles….

Les grands hommes de l’Histoire nous ont laissé quelquefois des paroles célèbres, mais peut-on dire d’eux : « Jamais homme n’a parlé comme cet homme » ? (Jean 7.46). Cela ne peut se dire que d’un seul, d’un unique, de Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

Devant une femme adultère, il dira aux accusateurs : « Que celui de vous qui est sans péché jette la première pierre contre elle » (Jean 8.7).
Le brigand repentant sur la croix entendra cette incroyable promesse : « Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis » (Luc 23.43).
Y a-t-il plus révolutionnaire que celles-ci : « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent » ? (Matthieu 5.44).
Quelle âme tourmentée resterait insensible à cette invitation-là : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos » ! (Matthieu 11.28).

Lisons les Évangiles, écoutons les paroles de Jésus, le Sauveur et le Seigneur, elles ont une portée éternelle. Elles peuvent également être solennelles comme celles-ci : « Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle » (Matthieu 25.46).

Gérard Dagon

Le premier immortel

Avec un certain humour, même un humour certain, l’auteur argentin Borges a dit: « les preuves de la mort sont des statistiques et chacun court le risque d’être le premier immortel ». Il y a eu déjà beaucoup d’immortels qui sont morts. Même sans statistiques, nous savons bien que tous les humains sont mortels. La mort est d’ailleurs si bien inscrite en nous depuis la chute de nos premiers parents que nous commençons de mourir dès que nous commençons à vivre.

L’apôtre Paul a affirmé à Timothée sans bémol que  » Dieu seul possède l’immortalité  » (1 Timothée 6.16). Mais voilà, Dieu n’en a jamais pris son parti. Ce n’est pas pour que l’homme meure que Dieu l’avait créé. Et de toute éternité, il a préparé le remède. Il s’incarnerait, viendrait parmi nous et accepterait de mourir pour nous communiquer son immortalité. Et cela, il le fait pour quiconque l’accueille et se confie en lui.

Il y a donc déjà longtemps qu’il n’est plus possible de courir le risque d’être le premier immortel. Mais nous avons tous la possibilité d’être l’un d’entre eux. Car  » Dieu désire que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité  » (1 Timothée 2.4) – toute la vérité, y compris celle-là!

Décidément, monsieur Borges devra revoir ses classiques…ou les découvrir!  « Celui qui croit en moi vivra, dit Jésus, quand même il serait mort » Jean 11.25.

Richard Doulière