Autocollant approprié

« Ne me suivez pas! Je suis perdu! ».
Le message de l’autocollant apposé sur la voiture qui est devant moi est explicite. Le propriétaire de la voiture l’a mis pour plaisanter.

Mais le conseil est pertinent. Qui serait assez fou pour suivre quelqu’un qui est égaré?
A y réfléchir pourtant, le message de l’autocollant est porteur d’espoir. Celui qui l’affiche reconnait qu’il est perdu! Il est accessible au conseil d’un autre qui peut le guider vers le bon chemin! L’espoir est possible pour qui avoue se trouver dans une impasse!

Si le monde va si mal, c’est que, dit la Bible, nous sommes tous perdus. Il nous arrive de suivre quelqu’un que nous pensons plus intelligent, plus avisé que nous. C’est pour faire l’expérience décevante qu’il ne sait pas plus que nous où il va!

Quelqu’un est venu dans l’Histoire déclarant:  » Je suis le chemin! » C’est Jésus-Christ. Il disait savoir d’où il venait et où il allait. Il nous invite à le suivre. Tous ceux qui l’ont fait témoignent qu’ils sont passés du doute ou de l’angoisse à la certitude. Ils ne sont plus dans le brouillard. Ils ne tournent plus en rond. Pris en charge par Jésus, ils sont entre les mains d’un guide sûr.

Si vous ne l’êtes pas, ne serait-il pas temps pour vous de vous en remettre à lui?

Gilles Georgel

« Tous sont égarés, tous sont pervertis; il n’y en a aucun qui fasse le bien, pas même un seul! »
Psaume 14.3

Trop d'infos tuent l'info

Il est important plus que jamais à notre époque, de filtrer l’information que nous recevons pour n’en retenir que la plus pertinente.

La parole de l’homme passe mais celle du Christ ressuscité demeure: « Je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi. » Apocalypse 3. 20.

Le Christ s’adresse par ces mots à une communauté de chrétiens en difficulté. Mais finalement, il s’adresse à nous tous. À chacun de lui répondre ! Détaillons :

Je me tiens à la porte…: Jésus vient auprès de chacun de nous pour chercher un contact direct.
…et je frappe : Comment ? Peut-être par un problème particulier, une mauvaise expérience ou quand nous nous disons  » je l’ai échappé belle ». Plus d’une personne dit alors :  » ce jour-là, il y avait un bon Dieu pour moi ».
Si quelqu’un…: Quelqu’un, n’importe qui, vous ou moi !
…entend ma voix…: Celui qui réagit, prie Dieu, devient conscient de l’existence de quelqu’un au-dessus de lui.
…et ouvre la porte…: Il commence à réfléchir, à chercher Jésus, à lui parler.
…j’entrerai chez lui : Jésus se révélera comme le vivant. Quand quelqu’un lui ouvre sa pensée, sa vie, son cœur même, alors Jésus établit une relation avec lui.
 Je souperai avec lui…: Jésus-Christ acceptera notre invitation, il deviendra notre ami.
…et lui avec moi : Merveilleux ! Il deviendra notre hôte, nous prendra en charge, nous conseillera, nous gardera d’inutiles bêtises et nous protégera. N’oubliez pas de lui ouvrir votre porte et de le laisser entrer.

Pierre Wheeler

Paroles immortelles

 » JAMAIS HOMME N’A PARLE COMME CET HOMME « 

 

Les discours politiques abondent en périodes électorales. Les publicités à la radio ou à la télévision nous inondent de paroles. Et que dire des audiences au tribunal où les avocats excellent en arguments ! Aujourd’hui, on parle même tout seul en marchant dans la rue, le téléphone portable collé à l’oreille, encore, toujours des paroles….

Les grands hommes de l’Histoire nous ont laissé quelquefois des paroles célèbres, mais peut-on dire d’eux : « Jamais homme n’a parlé comme cet homme » ? (Jean 7.46). Cela ne peut se dire que d’un seul, d’un unique, de Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

Devant une femme adultère, il dira aux accusateurs : « Que celui de vous qui est sans péché jette la première pierre contre elle » (Jean 8.7).
Le brigand repentant sur la croix entendra cette incroyable promesse : « Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis » (Luc 23.43).
Y a-t-il plus révolutionnaire que celles-ci : « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent » ? (Matthieu 5.44).
Quelle âme tourmentée resterait insensible à cette invitation-là : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos » ! (Matthieu 11.28).

Lisons les Évangiles, écoutons les paroles de Jésus, le Sauveur et le Seigneur, elles ont une portée éternelle. Elles peuvent également être solennelles comme celles-ci : « Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle » (Matthieu 25.46).

Gérard Dagon