Permalink

A son image

Les animaux forts mangent les faibles. Dans une même espèce, les dominants obtiennent tous les privilèges pour se nourrir, boire et se reproduire. Ils n’ont pas d’égard à l’égalité. L’instinct grégaire de certains ne procède pas de l’amour de l’autre, mais de l’intérêt. Il n’y a pas de justice ni de culpabilité dans le monde animal ; seule la survie compte.

L’être humain n’est pas un animal évolué, comme certains le prétendent ! Sinon, pourquoi serait-il mal qu’un homme tue un autre, que le fort piétine le faible ? Qui nous dit que le génocide est une horreur et que la fraternité est bonne ? Notre intelligence supérieure n’y est pour rien. Autre chose nous différencie ….

Tout être humain possède une perception morale, un critère universel lui permettant de juger le bien et le mal. Certes, la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 a demandé de l’intelligence, mais le fond, la source de tout ça, procède d’une conscience morale qui dit qu’un choix vaut mieux qu’un autre ….

Entendons-nous cette voix intime qui nous dicte le bien ? Nous sommes des êtres uniques, appelés à aimer Dieu comme il nous aime, et à faire ce qu’il aime. Dieu a déposé en nous une projection de son tempérament. La Bible et notre conscience le confirment : nous sommes créés à son image !

Dominique Moreau

« Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, Il créa l’homme et la femme ».
Genèse 1. 27

Invitation - Film à découvrir