Histoire de passeport

Claire, une amie, est très excitée. Dans deux heures, elle s’envole pour le Canada où elle va rendre visite à son frère. A l’aéroport, contrôle des papiers d’identité:
– Madame, vous ne pouvez pas passer ce guichet. Votre passeport n’est pas valable.
– Comment cela? Il n’expire que dans quatre mois !
– Oui, mais pour entrer au Canada, votre passeport doit être valide au moins six mois.
– Je n’en savais rien…
– Il fallait vérifier. Je regrette, vous ne pouvez pas prendre votre avion.

Claire doit quitter l’aéroport, dépitée. Son billet est perdu et son beau projet envolé.
Pour entrer sur son territoire, chaque pays exige des papiers en règle. Argumenter de notre ignorance ou de notre bonne foi n’y changera rien.

L’entrée au ciel est également soumise à condition. Ne sont admis en présence de Dieu que ceux qui sont en possession du « passeport » divin. Pour le recevoir, il faut être « né de nouveau ». Le jour de votre naissance physique marque votre entrée dans la famille des hommes. La nouvelle naissance (spirituelle), celle dans la famille de Dieu.

Quand se produit-elle ? Lorsque vous vous repentez, que vous croyez que Jésus a donné sa vie sur la croix pour vos fautes, et que vous vous engagez à lui obéir. Votre nom sera alors inscrit dans le Livre de Vie (le « livret de famille » de Dieu). Alors, par la seule grâce de Dieu, l’entrée au ciel vous sera accordée.

Françoise Lanthier

 

« Ne t’étonne pas que je t’aie dit: il faut que vous naissiez de nouveau »
Jean 3.7

Se tenir prêt

En juin 1973, une terrible catastrophe survint à l’aérodrome du Bourget, près de Paris, lors d’un meeting aérien du Salon de l’aviation. Un appareil soviétique s’écrasa au sol, faisant des dizaines de victimes, surtout parmi les spectateurs.

Le lendemain, les quotidiens donnèrent la liste des victimes. Mon regard en fut d’autant plus saisi que j’y découvris, ô stupeur! mes nom et prénom: Lucien Clerc, en toutes lettres. Une victime qui était mon parfait homonyme.

Cela me donna à réfléchir. « Et si ç’avait été moi la victime ? ». On n’aime généralement pas parler de la mort. Cependant, si nous voulons l’oublier, elle, du moins, ne nous oubliera pas. Nous sommes tous des morts en sursis.

La Bible nous dit comment affronter cette réalité. Car tout homme est destiné à mourir une seule fois et après cela à être jugé par Dieu (Hébreux 7.29). Lui-même a dit « Choisis la vie afin que tu vives » (Deutéronome 30.19). Jésus a déclaré: « Celui qui écoute mes paroles et croit à celui qui m’a envoyé a la vie éternelle. Il ne sera pas condamné, mais il est passé de la mort à la vie » (Jean 5.24). Le verset ci-dessous est donc à retenir.

Lucien Clerc

« Prépare-toi à la rencontre de ton Dieu »
Amos 4.12

Il connaît mon nom !

Savez-vous que plus d’un milliard de Chinois se partage un petit nombre de noms de famille ?

En 2007, on a recensé 4700 noms en Chine populaire. Les trois noms de famille les plus courants sont Wang, Li et Zhang. On compte ainsi environ 93 millions de Wang, 92 millions de Li  et 88 millions de Zhang !  Comment les Chinois font-ils pour s’y retrouver dans tous ces patronymes ? Mystère !

Et pourtant, il y a plus fort encore : Dieu connaît chaque être humain de la planète par son propre nom ! Or, le nom, dans la Bible, représente la personne qui le porte. Votre Créateur vous connaît donc à fond, mieux que vous ne vous connaissez vous-même. David l’exprime dans un psaume : « Quand je suis assis et quand je me lève, tu le sais. De loin, tu discernes tout ce que je pense. Tu sais quand je marche et quand je me couche, et tous mes chemins te sont familiers. Bien avant qu’un mot vienne sur mes lèvres, Éternel, tu sais déjà tout ce que je vais dire. » Psaume 139.2-4

Vous n’êtes pas un anonyme pour Dieu. Au contraire, vous êtes unique, voulu par lui. Il connaît votre besoin d’être aimé, compris, pardonné, rassuré. C’est pourquoi il vous appelle à venir à lui tel que vous êtes.

Vous verrez que vous approcher du Dieu vivant qui vous connaît si bien est une source de profonde satisfaction !

 Françoise Lanthier